Le Chèque santé, ou comment favoriser l’accès aux soins

On connaissait déjà le chèque-restaurant, le chèque-vacances et le chèque-cadeaux, mais un nouveau privilège pourrait s’ajouter à la liste des avantages sociaux dès le 2 janvier 2015 : le chèque-santé.

Dans un contexte de déremboursement croissant des frais de santé, 1 Français sur 3 avoue renoncer à certains soins médicaux en raison de difficultés financières. Une start-up montpelliéraine pourrait bien avoir trouvé la parade pour éviter le renoncement aux soins. Chèque Santé lance le 1er titre prépayé destiné aux prestations de santé, qui ciblera plus particulièrement les soins complémentaires et préventifs non remboursés pour répondre aux enjeux de santé publique.

Une solution pour lutter contre la précarité sanitaire

L’idée est simple : l’émetteur du chèque qui peut être aussi bien une entreprise, qu’une association ou qu’un comité d’entreprise créera un compte au nom du bénéficiaire pour ensuite lui allouer une somme ne pouvant excéder 156 euros par an. Le destinataire pourra dépenser cet argent dématérialisé chez les 10 000 praticiens (tous inscrits au répertoire ADELI et titulaires d’un diplôme d’Etat) participant au dispositif : nutritionnistes, ostéopathes, ergonomes, kinésithérapeutes, psychothérapeutes… Vincent Daffourd, le fondateur de la start-up estime que 100 000 praticiens devraient rejoindre le réseau Chèque santé d’ici fin 2015.

Accessible via un smartphone, une carte à code ou le site web de l’entreprise Chèque Santé, l’application permettra au bénéficiaire de consulter son compte facilement.

Le patient n’aura rien à verser à son praticien qui sera payé par chèque-santé sous 48h.

Seules les prestations non remboursées par la Sécurité sociale pourront être payées avec ce titre prépayé. Les autres types de soins médicaux seront quant à eux remboursés par la mutuelle du bénéficiaire.

Mieux prévenir pour bien guérir ?

L’un des objectifs affichés de ce dispositif est de rendre la prévention santé accessible à tous en vue d’éviter des problèmes de santé futurs. Le chèque-santé peut devenir un outil de management social qui s’intégrera dans la politique RSE des entreprises.

Pour Vincent Daffourd « la santé des salariés, c’est la santé de l’entreprise !… Le chèque-santé constitue une alternative innovante et socialement responsable permettant de garantir une meilleure Qualité de Vie au Travail (QVT) et une véritable politique de Prévention Santé en Entreprise (PSE). »

Une étude sur le coût lié au stress au travail et aux risques psychosociaux réalisée par l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail (EU-OSHA) a révélé qu’«en investissant 1 euro dans la prévention et la sensibilisation, l’entreprise génère un bénéfice net de plus de 13 euros ».

Les affiliés pourraient donc augmenter la productivité de leurs salariés tout en contribuant à combler le déficit de la Sécurité sociale.

Lire l’intégralité de l’article : http://www.maelia.fr/le-cheque-sante-ou-comment-favoriser-lacces-aux-soins/
source : Maélia santé